Edito – Edition 2017


Edito - édition 2017

bannière cinépride

Cinépride a 14 ans et un désir toujours aussi ardent : partager avec vous, pendant une semaine, des moments forts de cinéma, de rencontres et d’engagement.

Arménie, Etats-Unis, Allemagne, Italie, Afrique du Sud, Chili, Colombie, France et bien d’autres horizons dessinent le paysage cinématographique riche et diversifié de cette sélection 2017. Le chemin tracé par l’équipe du festival est parsemé de thématiques qui nous sont chères : la construction du genre, les diverses formes de parentalité, l’amour, l’amitié, les sexualités et – encore et toujours – la fierté !

Cette fierté ouvrira le festival sous les feux de ‘Kiki’ qui, 27 ans après ‘Paris is Burning’, nous ramène – pour notre plus grande joie – vers la scène du voguing à Harlem. Pour prolonger le plaisir, cette diffusion sera suivie d’une discussion avec Lasseindra Ninja, figure phare de la scène parisienne.

Au gré de ces 17 séances, l’amour et la passion se conjugueront à tous les temps. Celui de l’enfance, troublée par un père réticent à l’idée que ses filles vivent avec deux mamans dans le sensible ‘Rara’, suivi d’une intervention des Enfants d’arc en ciel. Celui des derniers sursauts de l’adolescence dans ‘One Kiss’, projeté en présence de l’association Contact. Puis le florissant âge adulte avec le délicat ‘Apricot groves’, ‘Les initiés’ or ‘Other people’. Et le temps suspendu du corrosif et deshinibé ‘Chemsex’, accompagné d’un débat avec AIDES. Nous réviserons enfin les temps antérieurs avec la copie restaurée du déjanté ‘Priscilla, folle du désert’, mais aussi avec ‘Soudain l’été dernier’, décrypté par l’incontournable Laurent DelaNuit.

Et comme Cinépride est un événement qui se vit au présent : savourons l’instant touTES ensemble lors de la grande soirée festive concoctée par Wonderground au Lieu Unique, électrisé pour l’occasion par Eustache McQueer !

Nous attendons avec hâte ce futur proche qui nous fera croiser votre chemin sur les marches du Katorza.